Aucun résultat pour cette recherche
LA RÉVOLUTION FRANÇAISE-1989-
Nationalité : France
Durée : 2h44
Date de sortie en France : 22/11/1989
Réalisation : Richard T. HEFFRON
Scénario et Dialogues : David AMBROSE et Richard T. HEFFRON
Dialogues français : Daniel BOULANGER
Prise de vues : Bernard ZITZERMANN
Musique : Georges DELERUE
Musique : Jessye NORMAN
Nota
2e partie : "Les années terribles"
Distributeur : Ariane Distribution
Visa d'exp. : 69891
Résumé
Deuxième partie de la grande saga franco-italo-canado-allemande, qui continue sur la lancée du film de Robert Enrico, avec l'incarcération de la famille royale au Temple et l'abolition de la royauté par la Convention alors que La Fayette se bat contre les Autrichiens et c'est la victoire de Valmy. Tandis que Robespierre, Marat, Danton et Saint-Just rivalisent pour des distorsions idéologiques, Louis 16 est exécuté le 21 janvier 1793. Commence alors le radical règne de la Terreur.
Critiques et Commentaires
Critique de Jean-Claude pour Cinéfiches
Un peu mieux réalisé que la première partie, mais guère plus emballant.
Ajouter Votre
Critique/Commentaire
Critiques - Commentaires Public
inconnu(e)
Bien qu'il y ait un réalisateur différent pour chaque partie, le résultat est très homogène. Académique et plutôt froid, j'ai un peu eu l'impression de voir défiler une chronologie en images animées. Les faits saillants ou les plus connus sont représentés mais seule la famille royale suscite l'émotion ; notamment le Roi, figuré comme un benêt sans volonté mais loyal (alors que dès le début de la Révolution, il rédige un papier invalidant toutes décisions prises "de concert" avec les révolutionnaires) et aimant son peuple (il déclare pourtant la guerre en espérant en tirer bénéfice personnel quelle qu'en soit l'issue). Le peuple, si ce n'est sous la forme d'une meute affamée, beuglante et manipulable à souhait, est absent ; on en voit que les élites (avocats et journalistes pour la plupart, ce qui est avéré historiquement). Peter Ustinov en Mirabeau et Andrzej Seweryn réalisent une belle performance. Approchent-ils la réalité ? En tout cas leur interprétation est vivante et évocatrice. Enfin, c'est une Révolution Française très parisienne qui nous est proposée. Rien sur l'ébranlement des provinces (le mouvement fédéraliste et l''insurrection vendéenne sont à peine évoqués), ni sur les manigances anti-révolutionnaires tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières. Le tout constitue quand même un bel effort de reconstituion visuelle et chronologique étant donné l'ampleur de la tâche.